Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un pays, des paysages, des villages, et des villageois

Publié le par David

Un petit article pour parler un peu de ce beau pays qu'est Madagascar, ainsi que de ces charmants habitants.

Nous nous trouvons dans le centre du pays, légèrement au nord-est, sur les hauts plateaux, à une altitude moyenne de 1000 mètres d'altitude. Ce sont de vaste plaines très plates, ponctuées de petits sommets de 200 à 600 mètres de hauteur au dessus des plaines.

Un pays, des paysages, des villages, et des villageoisUn pays, des paysages, des villages, et des villageois
Un pays, des paysages, des villages, et des villageois

Les plaines sont traversées par de nombreuses petites rivières, qui se forment à proximité des petits massifs montagneux. En ce moment nous sommes à la saison de pluies, il y a de gros orage 3 ou 4 soirs par semaine, avec beaucoup d'eau qui tombe, surtout en fin de soirée et la nuit. Les plaines sont souvent inondées grâce à de vastes et complexes systèmes d’irrigation.

Dans ces plaines ainsi que dans le creux des petites vallées qui descendent des montagnes ont trouve des rizières à perte de vue, ainsi que des arbres fruitiers, des plantations de manioc, et de légumes variés. Le climat est chaud et humide, et la végétation est verdoyante.

Les pratiques agricoles sont assez équilibrés avec une utilisation d'engrais et de pesticides plutôt modérées. Les plantations en terrasse sont magnifiques et astucieuses, on trouve pas mal de chose qui se retrouve en permaculture (associations, couverture du sol, gestion de l'eau). Même si cela n'est pas systématique.

Un pays, des paysages, des villages, et des villageoisUn pays, des paysages, des villages, et des villageois
Un pays, des paysages, des villages, et des villageoisUn pays, des paysages, des villages, et des villageois

On trouve une profusion de petits villages sur les zones non inondables, à flancs de montagnes ou sur les collines qui ponctuent la plaines. Les jolies petites maisons sont construites avec des briques de terres cuites. On trouve de nombreux empilements de briques le long des pistes, elles sont empilées crues avec des petits interstices où du sons de riz est mis à brulé pour produire la chaleur et faire cuire les briques.

Un pays, des paysages, des villages, et des villageoisUn pays, des paysages, des villages, et des villageois
Un pays, des paysages, des villages, et des villageois
Un pays, des paysages, des villages, et des villageoisUn pays, des paysages, des villages, et des villageois

Au cours des siècles derniers (depuis 1500 environs), Madagascar n'a cessé de perdre sa couverture arborée. Il ne reste aujourd'hui que 8 % des forets. Les flancs des montagnes sont souvent à nue, avec une herbe rase, ce qui entraine une forte érosion, et laisse apparaitre de grande travée de latérite rouge.

Aujourd’hui encore les feux de brousse sont des pratiques courantes, ce qui aggrave encore la situation. il faudrait planté des arbres à grande échelle.

Surtout que la première source d'énergie pour la cuisine est le charbon. Nous avons notre petit poêle à charbon dans la bibliothèque pour nous faire la cuisine.

Le pays est très pauvre, avec une majorité de la population avec très peu de moyen, tandis qu'une petite minorité de nantis profite de la manne du commerce avec l'occident.

Les villageois sont tous désabusés par leurs politiciens corrompus qui se remplissent les poches et qui travaillent pour les intérêts des multinationales. Eux aussi sont en démocratie (oligarchie pardon), bienvenu à vous....

La vie est plutôt rude, beaucoup de travail au champs.

Un pays, des paysages, des villages, et des villageois
Un pays, des paysages, des villages, et des villageois

Elle est plus rude pour les femmes (qui s'occupe en plus de la maison, de la lessive, des enfants) que pour les hommes qui passent beaucoup de temps à jouer à des jeux d'argent (domino, cartes) sur les petites places de villages.

Les rapports hommes-femmes ne semblent pas très harmonieux.

Il y a une nette séparation.

Le milieu est très rural, même si l'on observe un exode plutôt modéré des campagnes.

Il y a très peu de route, les grands axes sont goudronnés, sinon on trouve des pistes en assez mauvaises état, où les taxis brousses, souvent de vieilles et charmantes Renault 12, ont bien du mal à passer. Les gens se déplacent souvent à pied ou en vélo. on trouve des motos légères et quelques gros 4x4 qui tâchent.

Rien à voir avec la capital, qui ressemble à une villes européenne (Antananarivo m'a fait penser à Barcelone) avec des grosse voitures partout, et comme à paris ça pu.

Beaucoup d'insécurité dans les villes, les gens sortent peu ou pas le soir, à cause des gangs.

On retrouve une fois de plus les dégâts d'un système capitaliste si souvent odieux, avec des gens déracinés qui ont perdu leurs valeurs et qui luttent pour leurs présumés intérêts personnels au détriment des autres.

Aïe, Aïe, Aïe....

Commenter cet article