Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une interview marquante à Mombasa, hommage à toi Samuelle, on est de tout coeur avec toi !

Publié le par David et Lili

Coucou Samuelle !!

Coucou Samuelle !!

Durant notre bénévolat à Likoni, dans la "banlieue" de Mombasa, surnommée le ghetto, nous avons fait la rencontre inattendue de Samuelle, complètement par hasard ; après avoir pris le ferry de Likoni, nous nous rendions au centre-ville de Mombasa avec un petit "Matatu" (mini bus Toyota omniprésent au Kenya), on était tous les deux assis au fond, un peu congestionné et bien occupé à palabrer (surtout Aurélie) encore et toujours.

Un matatu typique à Mombasa. Ils sont tous décorés de façon unique, intérieur comme extérieur.

Un matatu typique à Mombasa. Ils sont tous décorés de façon unique, intérieur comme extérieur.

Samuelle, qui était assise juste deux rangées devant nous, a reconnu notre français, et du coup nous a salués. En effet, elle est centre-africaine et le français est pratiquement sa langue maternelle. Elle était contente de pouvoir parler un peu français. On a pu faire sa connaissance en l'accompagnant au restaurant où elle travaille, "Urban street food".

Par la suite, on s'est revue encore deux fois au restaurant.

On a pu réaliser une petite interview de Samuelle, son témoignage est poignant, son courage et sa bonne humeur, plus qu'exemplaire. Nous avons été très touchés par cette rencontre.

Peut-on continuer à vivre sans réfléchir, sans regarder la vérité en face, notre petite vie confortable d'occidentale face à ces réalités indéniables.

Ce témoignage nous semble aussi vraiment d'actualité par rapport aux guerres qui sévissent en Afrique et au moyen-orient. Samuelle fait preuve d'une grande sagesse, d'une grande générosité, d'une grande humanité.

Samuelle à toi l'honneur :

Merci à toi Samuelle !!!

Juste avant de quitter Mombasa, nous sommes repassés au restaurant pour lui dire au revoir.

Elle venait à peine de le quitter, alors Aurélie a demandé à sa patronne si elle pouvait l'appeler rapidement avant qu'elle ne soit trop loin, ce qu'elle fit, (Aurélie : à la manière nonchalante et procrastique des Kényans, au bout de 15 minutes et après que j' insiste ). Elle était malheureusement déjà dans le ferry de retour vers sa petite maison à Likoni, mais de suite me dit qu'elle sauterait dans le ferry dans l'autre sens vers Mombasa dès qu'elle aurait accosté !

Il se faisait tard, aux alentours de 18 heures et nous n'avions pas réservé de bus pour Nairobi. Il nous fallait encore le temps d'aller jusqu'à la station de bus.

Mais enfin, quelques minutes après que nous ayons avalé nos deux pizzas (une payée, une gratuite le samedi : David lorgnait dessus depuis longtemps!), elle arriva finalement en courant, ravie de nous revoir une dernière fois.

Nous partîmes tous ensemble à la station de bus, tous trois entassés avec nos sacs (deux gros, deux petits) dans le "tchouc tchouc". A l'heure tardive où nous arrivâmes, elle était au petit soin pour nous et en grande habituée, nous aida à trouver, parmi les nombreux bus tous pleins, deux des dernières places disponibles pour Nairobi.

Un bus d'ailleurs vraiment délirant avec des sièges démontables complètement destroy ! Entre deux bosses douloureuses, crise de rire garantie, notre pauvre voisine recroquevillée, complètement écrasée par le siège écroulé de son voisin de devant.

En complément de l'interview, Samuelle nous a aussi appris que son frère est pasteur et chanteur en France et va l'aider financièrement à payer une partie de ses études. On espère que Samuelle ne donnera pas trop d'argent à son église, même si cette générosité l’honore...

On est de tous cœur avec toi Samuelle, puisse tes souhaits se réaliser. A la revoyure. Prend bien soin de toi.

Commenter cet article