Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arrivée en Afrique du sud, un super pays et de gros problèmes...

Publié le par David

Après le Kenya, nous voilà partis pour l'Afrique du sud, prochaine étape de notre voyage avec des projets à venir très intéressants en permaculture.

Le voyage en avion aura été assez folklorique, avec une escale imprévue de 56 heures à l'aéroport de Dar es Salam. Un merci un peu spécial au responsable de Fastjet à l'aéroport pour nous avoir bloqué comme cela, en nous refusant le vol jusqu'à Johannesburg. Heureusement le personnel de l'aéroport à repris les choses en mains et nous avons pu prendre le prochain vol de la compagnie, 2 jours plus tard. C'était encore les JO à l'époque, ça aide à passer le temps...

Cette fois c'est la bonne...
Cette fois c'est la bonne...

Cette fois c'est la bonne...

Arrivée Mercredi à l'aéroprt de Johannesburg, transfert direct en train vers Prétoria, on n'a plus vraiment l'impression d'être en Afrique. En sortant de la gare, on se prend une triple pizza pour deux, pizza à l'américaine, la sauce tomate c'est du ketchup. On est calé, c'est ok. Puis je part faire quelques course dans les rues de Prétoria, l'ambiance est un peu étrange.

On se trouve un petit hotel, et hop un gros gros dodo dans un vrai lit. Après 4 nuits à l'arrache. (nuit 1 bus folklorique Mombasa-Nairobi, nuit 2,3 et 4 Aéroport de Dar es Salam)

Puis le lendemain un bus moderne tout confort nous amène vers Polokwane, où nous accueillent Linah et Hoki, qui nous amène à la ferme de Retsogile, Prochaine étape de notre volontariat pour un mois complet. ça y est, on va pouvoir se poser un peu.

Mais je voudrais ici vous parler de la situation particulière de l'Afrique du sud. En effet, après la fin de l'apartheid, la situation s'est beaucoup détériorée pour les blancs. Juste retour des choses, diront certains. Mais aujourd'hui c'est un apartheid à l'envers. Les dirigeants sont extrêmement corrompus, comme jamais, et sont très peu cultivés, c'est une nouvelle mafia qui a vendu le pays aux multinationales occidentales.

A titre d'exemple, le président actuel n'a aucune formation scolaire, il est accusé de viol. Il est aussi accusé de détournements de fonds, en effet, pour rénover sa villa il aurait dépenser 246 000 000 de rands, soit environ 17 000 000 d'euros, mais cela n'est que la partie visible de l'iceberg. Il a 5 femmes et 20 enfants. Et pour bien comprendre à qui on a à faire, il a déjà dit dans un discours officiel que le SIDA n'est pas un problème, une bonne douche et c'est bon.

Pour rappel, ici en Afrique du sud, selon les statistiques 20 % de la population est atteint du SIDA (ces statistiques semble nettement en dessous de la réalité).

En France, on ne se rend pas bien compte de l'ampleur du problème. Les enfants s'entassent dans les orphelinats.

Que cela soit au Kenya ou en Afrique du sud, pour tous les habitants, c'est très clair, Le SIDA est le problème numéro 1, peut être au coude à coude avec la corruption.

La prostitution parmi la population noire (masculine et féminine) est très rependue dans les villes, le sida se répand à grande vitesse (70 % de contamination parmi les prostituées).

 

Arrivée en Afrique du sud, un super pays et de gros problèmes...
Arrivée en Afrique du sud, un super pays et de gros problèmes...

Les problèmes de pauvreté pour la population noire, n'ont pas été résolus, loin de là, même si une petite partie accède quand même à un meilleur niveau de vie. Aujourd'hui le gap entre les blancs et les noirs est toujours présent, mais c'est surtout un gap culturel, plutôt qu'une question raciale.

Nous avons pu discuter de cela avec notre ami Paul, qui est sud africain. La fin de l'Apartheid a été négociée par les puissances occidentales, et l'un des buts de la manœuvre, sous couverts de respects des droits de l'homme, était de mettre la main sur les vastes ressources minières du pays.

Aujourd'hui, les jeunes blancs en Afrique du sud, qui sont nés après la fin de l'Apartheid, ne peuvent plus trouver de travail. Ils ont grandit ici, mais ne se sentent plus chez eux. Ils héritent d'une situation pour laquelle ils ne sont pour rien. Les quotas imposent l'embauche de personnes noires presque à 100 %. Les jeunes blancs partent donc massivement travailler et vivre à l'étranger. La population blanche va inexorablement diminuer. Nous trouvons cela assez triste car la société blanche sud africaine est très variées, riche en couleurs et plutôt anti-conformiste, nous avons rencontré beaucoup de personnes vraiment merveilleuse ici. En plus, ils se sentent vraiment africain et aiment l'Afrique.

Bien sur, il fallait bien mettre fin à l'Apartheid, mais les populations sont toujours dupes des manigances qui se trament dans leur dos. Ce scénario se répètent inlassablement dans tous les pays qui souhaitent garder leur indépendance (l'Ukraine et le Brésil sont les derniers en date).

 

Arrivée en Afrique du sud, un super pays et de gros problèmes...

Les cultures se rencontrent parfois, dans les lycées et universités des grandes villes ou dans des endroits exceptionnels, comme à la Boys choir Drakensberg school, qui forme des choristes, où les blancs et les noirs se côtoient harmonieusement. Nous avons eu la chance d'assister à l'une de leur prestation, vraiment une superbe énérgie. On postera bientôt une petite vidéo.

En conclusion, l'Afrique du sud fait face à une situation compliquée avec des politiciens incompétent et complètement corrompus, et un énorme problème de santé publique qui menace la population toute entière. Les blancs et les noirs vont-ils pouvoir trouver un terrain d'entente et remettre leur pays à flot ?

El pueblo unido jamás será vencido

Commenter cet article