Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour à Dakar, et virée en voilier au Siné Saloum

Publié le par David

A près un retour le mercredi 30 novembre, en journée, vraiment très chaud, dans le bus-sauna sénégalais, nous voici de retour à Dakar.

La famille Forouaise nous loge encore quelques jours, le temps de trouver un voilier pour l'Amérique de sud. Nous cherchons à faire la traversée en bateau-stop. Ce n'est pas facile à Dakar. On va tous les jours faire un tour au cercle de voile, petit centre d'accueil pour les voiliers. On rencontre beaucoup d'équipages venant de France, mais personne pour nous prendre sur le bateau jusqu'au Brésil ou aux Antilles. On est pas trop difficile sur la destination, on veut juste traverser l'Atlantique.

On rencontre finalement Thibault et Johanna, un jeune couple parti depuis 6 mois en voilier, qui descendent tranquillement la côte africaine avant de faire la traversée.

Ils sont là quelques jours. Nous partons pour une petite sortie sur l'île de Goré à quelques milles nautiques de Dakar. Sortie bien agréable avec un bon vent. La visite de l'île était très intéressante.

Un très beau jour de vent, la navigation est superbe, on croise un Pélican à l'aller, le retour se fait au coucher du soleil. On fera la course avec un autre voilier, qui finira par nous laisser un bon mile en arrière...
Un très beau jour de vent, la navigation est superbe, on croise un Pélican à l'aller, le retour se fait au coucher du soleil. On fera la course avec un autre voilier, qui finira par nous laisser un bon mile en arrière...

Un très beau jour de vent, la navigation est superbe, on croise un Pélican à l'aller, le retour se fait au coucher du soleil. On fera la course avec un autre voilier, qui finira par nous laisser un bon mile en arrière...

L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.
L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.

L'île de Goré est magnifique, aussi très touristique avec deux musées, et des vendeurs tout au long des passages.

Sur l'île, il y a aussi une antenne de la très chère et désormais bien connue "fondation Soros"

Sur l'île, il y a aussi une antenne de la très chère et désormais bien connue "fondation Soros"

Le feeling avec Thibault et Johanna est plutôt bon, Il nous propose de nous prendre à bord pour quelques jours, mais pas pour la traversée de l'Atlantique, le bateau est trop petit pour passer trois semaines à 4. Ils partent vers le sud, la Casamance puis la Guinée, en passant par le delta du Siné Saloum. 

Parallèlement, nous rencontrons aussi un couple de belges près à nous prendre pour la traversée. Ils souhaitent d'abord se rendre eux aussi au Siné Saloum. On prend donc rendez-vous avec eux, à Toubakouta, dans le Siné Saloum, pour le samedi 17 décembre.

Nous partons donc de Dakar, avec Thibault et Johanna, le mardi matin, 13 décembre vers le Siné Saloum pour 4 jours de voile vers le delta.

Le voyage est plutôt agréable, il nous faut une journée entière en mer pour descendre jusqu'au delta du fleuve Saloum. Ensuite nous nous enfonçons doucement dans les nombreux bolons, nous arrêtant de temps en temps dans les petits villages le long de la rivière. Le temps est magnifique, grand soleil, et juste ce qu'il faut de vent pour presque tout faire à la voile, en tirant des bords pour remonter le vent, car il s'aligne souvent avec les bras du fleuve. C'est l'occasion de pratiquer une voile un peu sportive et ludique. Parfois la profondeur des bolons est limite pour le tirant d'eau du voilier, et nous devons trouver "les passages" les plus profonds, quelques fois on se retrouve ensablés mais en mettant le moteur afin de faire marche arrière, Thibault nous sort facilement d'affaires! C'est un pays où dominent les mangroves qui sont partout dans cette sorte de vaste marais salé, avec quelques grands îlots où poussent de majestueux Baobabs.

Arrivée dans le delta du Saloum, avec les bateaux de pêche.Arrivée dans le delta du Saloum, avec les bateaux de pêche.

Arrivée dans le delta du Saloum, avec les bateaux de pêche.

Petit arrêt bien agréable aux abords d'un petit village, les enfants nous font la fête. Au milieu on peut voir Thibault et Johanna.
Petit arrêt bien agréable aux abords d'un petit village, les enfants nous font la fête. Au milieu on peut voir Thibault et Johanna.Petit arrêt bien agréable aux abords d'un petit village, les enfants nous font la fête. Au milieu on peut voir Thibault et Johanna.
Petit arrêt bien agréable aux abords d'un petit village, les enfants nous font la fête. Au milieu on peut voir Thibault et Johanna.

Petit arrêt bien agréable aux abords d'un petit village, les enfants nous font la fête. Au milieu on peut voir Thibault et Johanna.

Pays de Mangroves et de Baobabs.
Pays de Mangroves et de Baobabs.

Pays de Mangroves et de Baobabs.

Nous voilà arrivés à Toubakouta, nous mouillons près de la belle résidence "Keur Saloum", lieu magnifique, au milieu des mangroves.
Nous voilà arrivés à Toubakouta, nous mouillons près de la belle résidence "Keur Saloum", lieu magnifique, au milieu des mangroves.
Nous voilà arrivés à Toubakouta, nous mouillons près de la belle résidence "Keur Saloum", lieu magnifique, au milieu des mangroves.
Nous voilà arrivés à Toubakouta, nous mouillons près de la belle résidence "Keur Saloum", lieu magnifique, au milieu des mangroves.
Nous voilà arrivés à Toubakouta, nous mouillons près de la belle résidence "Keur Saloum", lieu magnifique, au milieu des mangroves.

Nous voilà arrivés à Toubakouta, nous mouillons près de la belle résidence "Keur Saloum", lieu magnifique, au milieu des mangroves.

Nous arrivons finalement à Toubakouta, petite ville perdue dans cet immense delta, pour notre rendez-vous avec le couple de belges. On les appel, et surprise (!!!), ils nous informent qu'ils ne nous prennent plus, ils ont changé d'avis!!!!! Aille aille aille, il nous faut donc remonter vers Dakar en bus, pour une nouvelle recherche de bateau, tout est à refaire.

Retour donc à Dakar. Cette fois nous prenons une chambre directement au cercle de voile. Rebelote donc à la recherche de notre providentiel voilier. Nous sommes déjà le 18 décembre et les départs pour la transat ont déjà commencé. La situation est un peu stressante, nous ne voulons pas manquer le coche. On cherche aussi au port industriel, avec les cargos, mais rien y fait.

En attendant, on se ballade un peu sur la plage, aux alentours. Mais pas question de se baigner, l'eau est terriblement polluée par ici. Usines, égouts, déchets en tout genre. La plage est vraiment sale et quelques petits cours d'eau à l'odeur nauséabonde se déversent directement dans la baie, qui n'est ouverte sur l'océan qu'au sud, refermée entre la péninsule Dakaroise et le continent. Sur la plage, il y a cependant beaucoup de vie, avec le marché aux poissons, où l'on peut voir quelques requins et autres grosses proies. Il y a aussi un gros Pélican qui est visiblement un habitué des lieux.

"Sur la plage polluée, coquillages et crustacés!"
"Sur la plage polluée, coquillages et crustacés!"
"Sur la plage polluée, coquillages et crustacés!"
"Sur la plage polluée, coquillages et crustacés!"
"Sur la plage polluée, coquillages et crustacés!"
"Sur la plage polluée, coquillages et crustacés!"

"Sur la plage polluée, coquillages et crustacés!"

Le cercle de voile, n'est plus ce qu'il était il y a une trentaine d'année. C'était un haut lieu de voile, une étape appréciée. Mais aujourd'hui, le centre semble un peu à l'abandon, la gestion n'est pas très bonne. La chambre était quand même agréable et le gérant nous a fait un très bon prix. Au bord de la mer, c'est une chambre pas trop chère qui vaut mieux que les couteux hôtels de Dakar.

Après quelques jours et quelques nouveaux refus, on envisage de prendre l'avion vers les îles du cap vert. Le billet est très cher, environ 300 euros par personne pour un aller simple. Le lundi matin, le 20 décembre, nous passons au consulat du Cap Vert, avec une réservation simple, pour prendre un visa, mais le consul refuse car il nous réclame un billet aller-retour. On pourrait prendre un billet d'avion sans visa et voir sur place, on ne sait pas trop quoi faire.

Nous rentrons à la chambre, au cercle de voile, dans l'incertitude, et Aurélie à la très bonne idée de consulter une énième fois les annonces internet sur les sites de bateau-stop. Elle trouve une annonce pour la traversée, mais avec un départ de France, au Grau du Roi. Gros dilemme pour nous, que fait-on ?

Dans la foulée, on appelle donc le numéro de l'annonce. Le feeling passe très bien. Nous devons prendre une décision rapidement, car il y a beaucoup de demande pour le bateau-stop.

C'est décidé, départ pour la France, le lendemain, mardi 21 nous prenons un billet avec Air Maroc (le prix pour la France est quasiment le même que pour le cap vert). Le mardi soir, dans la nuit, nous partons donc de Dakar direction Marseille. A 10 heure du matin, le mercredi 22 décembre nous posons donc le pied en France, étape bien imprévue de ce tour du monde. Nous passerons les fêtes en famille....

Commenter cet article