Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La transat, plongée dans le bleu...

Publié le par David et Lili

Ca y est le film est prêt, ça fait trois semaines que nous sommes arrivés au Brésil. Petit retour donc sur notre traversée de l'Océan, avec quelques photos et un petit film d'une demie-heure environ.

Le film est à la fin de l'article.

On aura mis 26 jours pour faire cette traversée, 26 jours sur la mer, sans escale. C'est deux fois le temps habituel sur cet itinéraire. On a eu très peu de vent dans l'ensemble, et le bateau de Iain, "Tupac Amaru", un 12 mètres en acier est très lourd, et un peu lent, surtout quand il n'y a pas trop de vent.

Nettoyage de la coque avant le départ.

La transat, plongée dans le bleu...
La transat, plongée dans le bleu...

Voici l'estampe du fabriquant de Tupac Amaru, G.Caroff,  fabrication artisanale.

La transat, plongée dans le bleu...
Le "Tupac Amaru".

Le "Tupac Amaru".

Voici le portrait du grand chef  "Tupac Amaru" à la proue du voilier.

Iain et sa petite amie étant des membres de Greenpeace, tout l'équipage nous souhaitèrent un bon voyage devant leur bateau Greenpeace. Dans un prochain article je m'étendrais plus sur l'association Greenpeace, avec un petit reportage fait lorsque je suis montée sur leur bateau.

.... "Bon voyage!' ... en Français, pourtant il n'y a actuellement aucun Français sur ce bateau!

.... "Bon voyage!' ... en Français, pourtant il n'y a actuellement aucun Français sur ce bateau!

Une dernière vue des bateaux, au matin.

Adieu CVD... Adieu Dakar....

Adieu CVD... Adieu Dakar....

Cette traversée aura été très variée en tout cas, avec du bleu, beaucoup de bleu, deux bon coup de vent, autour des 40 noeuds, des grains, des couchés de soleil somptueux, des oiseaux,

Des dauphins, beaucoup de dauphins, ils nous ont rendu visite 4 fois, et étaient parfois plusieurs centaines, à l'assaut pacifique du bateau.

Un capitaine haut en couleur, entre l'ours et l'humain, avec un sale caractère (Notre capitaine Iain faisait des crises de nerf à taper sur les mûrs lorsqu'il n'y avait pas de vent, donc très souvent!), mais patient et rassurant dans les gros coups de vent.

Des pâtes et du riz avec toutes les sauces imaginable, enfin surtout ail, tomate et oignons...

Beaucoup de soleil, une chaleur harassante.

Les nombreux gros cargots croisés, un bateau presque tous les jours. et une fois une grande goélette au loin.

Un gros minéralier et un des nombreux cargots croisés.
Un gros minéralier et un des nombreux cargots croisés.

Un gros minéralier et un des nombreux cargots croisés.

Les quarts de nuit de 4 heures (celui de 1h à 5 heures du matin est le plus dure), pas facile de tenir le coup, secoués par les vague de l'océan sur cette petite coquille de noix... 

Des bons bouquins d'aventure en mer, pour rajouter de l'aventure à l'aventure...

On a perdu 5 ou 6 kilos chacun, on ne mange pas beaucoup sur un bateau...

Et puis, avec le poteau noir et les gros coup de vent, on a appris pleins de choses en matière de navigation !

Une expérience initiatique aussi, on a le temps de réfléchir.

26 jours c'est parfois long et finalement c'est plutôt court.

Levé de soleil, le soleil est à l'est et nous filons vers l'ouest.

Le soleil à l'est, derrière nous...
Le soleil à l'est, derrière nous...

Le soleil à l'est, derrière nous...

Bleus sont la mer et le ciel.

Grand Bleu.

Grand Bleu.

Qui s'enflamment parfois, teintés des lueurs du couchant, tel des peintures du soir.

Peinture du soir.

Peinture du soir.

Roses et orangés.

Rose, orangé.

Rose, orangé.

d' Ombre et de lumière.

La transat, plongée dans le bleu...
La transat, plongée dans le bleu...
La transat, plongée dans le bleu...

Des Fous bruns, on aura aussi vu des Fous de Bassan et des Fous australs, et quantité d'oiseaux plus petits aux noms inconnus de nous.

Des Fous bruns, qui chassent souvent par groupes de trois ou quatre.
Des Fous bruns, qui chassent souvent par groupes de trois ou quatre.

Des Fous bruns, qui chassent souvent par groupes de trois ou quatre.

Le bateau était plutôt inconfortable, avec une petite cabine avant, (trop courte pour David) très (très) remuante, le bruit des vagues qui tapent fort contre l'acier, dur dur pour dormir, grosse fatigue, mais on finit par tomber...

Mais c'est aussi à travers cette fine paroi que l'on pouvait entendre les petits cris aigus des dauphins.

Pour en rajouter à l'inconfort, Il n'y avait pas de frigo dans le bateau, c'était plutôt sale, avec un placard à nourriture qui ne sentait pas la rose et puis la multitude de petites blattes était une compagnie dont on se serait passée.

Gros dodo...

Gros dodo... C'est aussi à travers les parois de la cabine avant que l'on entendait le chant des dauphins...

Gros dodo... C'est aussi à travers les parois de la cabine avant que l'on entendait le chant des dauphins...

Le quart du matin, de 5 à 9h, et puis direction la banquette...

La transat, plongée dans le bleu...
La transat, plongée dans le bleu...

Lili à la couture, petite déchirure dans le génois léger...

Coudre les voiles oui, mais les habits aussi!
Coudre les voiles oui, mais les habits aussi!

Coudre les voiles oui, mais les habits aussi!

Travaux de menuiserie, réparation de la porte d'entrée.

Faire de la menuiserie dans un bateau, c'est différent et là ça bouge, et il fait très chaud !

Faire de la menuiserie dans un bateau, c'est différent et là ça bouge, et il fait très chaud !

Dédicace de Lili

"Tant de choses à dire et pourtant j'en perds mes mots! Juste dur mais époustouflant!

C'est l'expérience qui m'a le plus marqué dans ma vie!! Malgré les longues heures de quart sous le clair de lune, la superbe voute étoilée, ou la nuit noire seulement parsemée de planctons fluorescent, comme un miroir des étoiles ! Ses longues veilles de nuit ou de jour où parfois l'on cuit sous un soleil de plomb, au cours desquelles mes pensées vont vers ceux que j'aime, ceux qui à mes yeux veillent de là haut, lumière parmi les étoiles, ceux là que je regrette, je songe.... pourquoi toute cette immensité qui vous enveloppe mais qui peut être aussi très hostile à un pauvre petit être humain!!!"

Sur l'océan il y a un rythme, et c'est peut-être lorsque l'on fait corps avec celui-ci que l'on n'est plus malade! J'aime ces longs moments de méditation et de prière les yeux accrochés à l'infini Océan. Tant de temps aussi à observer les quelques oiseaux. Les fous bruns nous suivaient en chassant les poissons, ils étaient souvent par groupe de trois ou quatre!

Chose étonnante, un jours, au niveau de la cabine avant j'entendis des cris de souris, et je compris vite avec un frisson, que c'était le chant des dauphins... C'est très étonnant de les savoir si proches, de savoir qu'il n'y a qu'une paroi de quelques millimètres qui nous sépare d'eux...

"Mon plus beau souvenir avec celui de la rencontre avec les dauphins, fût lorsque, par deux fois au cours de la transat, j'ai nagé seule (Les hommes ne tentèrent pas l'expérience!) au milieu de l'Océan, accrochée à l'échelle bien entendu et par temps calme!

Malheureusement, la vidéo de ce moment est, semble t'il définitivement perdue.

Par la suite en lisant quelques ouvrages sur les aventures marines tels que "Survivre", l'inquiétude à propos des requins me gagna et je ne reproduisis pas une troisième fois l'expérience!!"

Lili

A l'arrivée dans le pot au noir, le temps change, de gros nuage se forment, on passe souvent entre les grains, mais pas toujours, celui-ci est beau de loin ...

Le ciel décharge une pluie d'argent sur ce vaste miroir.

Le ciel décharge une pluie d'argent sur ce vaste miroir.

Le ciel décharge une pluie d'argent sur ce vaste miroir.

Toutes voiles dehors!

La transat, plongée dans le bleu...

Vive le vent !

La transat, plongée dans le bleu...

La tempête, ça vous gagne !!

La transat, plongée dans le bleu...

Eh oui, va falloir y aller...

La transat, plongée dans le bleu...

Ca souffle !!

La transat, plongée dans le bleu...
La transat, plongée dans le bleu...

L'avant dernier jour, nous dûmes rebrousser chemins et aller au large, afin de ne pas dériver et s'échouer de nuit sur les côtes brésiliennes...

La transat, plongée dans le bleu...

On ne s'ennuie pas sur un bateau!!!

Lili à la pêche...

 

... Je pêchais souvent plus d'algues flottantes (il y en avait une grande quantité en fils indienne à un endroit précis) que de poissons et une fois je dû couper ma ligne afin de libérer un Fou brun qui s'était pris dans le fils de nylon.
... Je pêchais souvent plus d'algues flottantes (il y en avait une grande quantité en fils indienne à un endroit précis) que de poissons et une fois je dû couper ma ligne afin de libérer un Fou brun qui s'était pris dans le fils de nylon.

... Je pêchais souvent plus d'algues flottantes (il y en avait une grande quantité en fils indienne à un endroit précis) que de poissons et une fois je dû couper ma ligne afin de libérer un Fou brun qui s'était pris dans le fils de nylon.

Lili écrit et dessine.

La transat, plongée dans le bleu...

Lili lit.

La transat, plongée dans le bleu...

Et David aussi ...

La transat, plongée dans le bleu...

L'expédition "Kon Tiki", (le livre sur la photo au dessus), où comment une bande de norvégiens décide de partir du Pérou en radeau pour rejoindre la Polynésie. Thor Heyerdahl prouva ainsi l'origine du peuplement des îles du Pacifique. Toute une époque... Bien joué les gars, et doucement quand même avec les requins... Ah la la ces norvégiens, je vous jure...

Pour le passage à l'équateur, la tradition pour les marins, on trinque, et avec du Rhum...

La transat, plongée dans le bleu...

Le 26 mai, jour de mon anniversaire, nous croisons notre première terre, l' île  "Fernando de Noronha". On arrivera juste 4 jours plus tard la mardi 30 mai.

L'île de Fernando de Noronha.
L'île de Fernando de Noronha.

L'île de Fernando de Noronha.

Et voilà le tracé, environ 2000 miles au total.

Ca en fait des miles tout de même.

Ca en fait des miles tout de même.

Voici un extrait du carnet de voyage de Lili!

 

Extrait de mon carnet de voyage...une fois je le fis tomber à l'eau ...non pas de la mer mais d'un sceau à bord!

Extrait de mon carnet de voyage...une fois je le fis tomber à l'eau ...non pas de la mer mais d'un sceau à bord!

Maintenant place au film, le son n'est pas très bon au début à cause du vent, mais ça va mieux ensuite, ne manquez pas les dauphins qui apparaissent plusieurs fois...

Commenter cet article